LES RELATIONS CANADA-CHINE A L'HEURE DES JEUX OLYMPIQUES DE PEKIN

Le premier ministre canadien Stephen Harper n'a pas assist´┐Ż aux c´┐Żr´┐Żmonies d'ouverture des Jeux Olympiques de P´┐Żkin, ce qui ne serait pas per´┐Żu comme une rebuffade par les autorit´┐Żs chinoises selon le chef de la diplomatie canadienne, David Emerson, qui y ´┐Żtait. C'est une opinion qui n'est pas partag´┐Że par tous les analystes qui font valoir que les Chinois accordent une tr´┐Żs grande importance ´┐Ż ces jeux et qu'il aurait beaucoup mieux valu qu'il soit l´┐Ż pour le bien des relations Canada-Chine. A la veille des jeux, le pr´┐Żsident des Etats-Unis, George W. Bush a durement critiqu´┐Ż le bilan de P´┐Żkin en matiere des droits de l'homme mais il ´┐Żtait sur place le jour de l'ouverture. Quelle ´┐Żtait la meilleure mani´┐Żre de communiquer aux dirigeants chinois la pr´┐Żocccupation relative aux droits de la personne, la canadienne ou l'am´┐Żricaine? On peut ´┐Żtre port´┐Ż ´┐Ż penser que la m´┐Żthode am´┐Żricaine a ´┐Żt´┐Ż la moins offensante puisque que le bl´┐Żme s'est limit´┐Ż ´┐Ż des paroles et ne s'est pas concr´┐Żtis´┐Ż par une absence diplomatique. Comme le dit le proverbe chinois: "Le bavardage est l'´┐Żcume de l'eau, l'action est une goutte d'or." 
 
Le chef de la diplomatie canadienne a ´┐Żgalement d´┐Żclar´┐Ż que les relations entre les deux pays s'am´┐Żlioraient. O´┐Ż en est-on exactement? Pour bien d´┐Żcrire l'´┐Żtat actuel des relations Canada-Chine et leur suppos´┐Że am´┐Żlioration, il faut examiner ce qui s'est pass´┐Ż dans ce dossier depuis l'arriv´┐Że au pouvoir ´┐Ż Ottawa des Conservateurs. Il est ´┐Żvident que ces relations ont ´┐Żt´┐Ż marqu´┐Żes par une tension certaine. Les choses ont mal commenc´┐Ż. En avril 2006, celui qui ´┐Żtait ´┐Ż ce moment l´┐Ż chef de la diplomatie canadienne, Peter MacKay, lancait des accusations d'espionnage ´┐Żconomique contre la Chine. La r´┐Żaction chinoise n'avait pas tard´┐Ż. P´┐Żkin affirmait que cette accusation ´┐Żtait "d´┐Żnu´┐Że de tout fondement" et "irresponsable". En 2007, les relations ne se sont pas am´┐Żlior´┐Żes avec notamment une visite du dalai lama ´┐Ż Ottawa dans un cadre officiel. Cette visite, avaient affirm´┐Ż les autorit´┐Żs chinoises, nuirait "gravement" ´┐Ż la relation entre la Chine et le Canada. Et de fait, les autorit´┐Żs chinoises ont eu l'occasion de manifester leur m´┐Żcontentement.  
 
D´┐Żs 2006, la Chine a exhort´┐Ż le Canada ´┐Ż ne pas mettre "en p´┐Żril" le bon d´┐Żveloppement du "partenariat strat´┐Żgique" entre les deux pays. C'est en 2005 que Ottawa et P´┐Żkin avaient d´┐Żcid´┐Ż d'´┐Żlever le statut de leurs relations ´┐Ż celui d'un " partenariat strat´┐Żgique". Les termes "partenariat strat´┐Żgique" d´┐Żnotent un haut niveau de relations entre les deux pays. Dans un premier temps, apr´┐Żs l'´┐Żtablissement de relations diplomatiques en1970, le Canada et la Chine ont entretenu des rapports classiques. Puis, en 1997, les deux pays ont convenu d'´┐Żtablir un "partenariat de coop´┐Żration globale". Dans les ann´┐Żes qui ont suivi, les relations se sont d´┐Żvelopp´┐Żes d'avantage jusqu'au moment o´┐Ż les deux pays ont finalement d´┐Żcid´┐Ż de relever le statut de leurs relations ´┐Ż celui d'un partenariat strat´┐Żgique", une expression qui a d'abord un sens commercial et ´┐Żconomique. Avec l'actuel gouvernement conservateur ´┐Ż Ottawa, ce "partenariat strat´┐Żgique" n'est plus d'actualit´┐Ż? Le premier ministre canadien Stephen Harper n'a jamais, en tout cas, utilis´┐Ż l'expression pour parler des relations avec la Chine. Les autorit´┐Żs chinoises n'en parlent plus, de leur c´┐Żt´┐Ż. 
 
On assiste cependant depuis quelque temps ´┐Ż un important changement de ton de la part d'Ottawa dans ce dossier des relations Canada-Chine. Les premiers signes sont apparus au mois de mars lors de l'´┐Żlection pr´┐Żsidentielle ´┐Ż Taiwan. Les ´┐Żlecteurs ´┐Żtaient aussi invit´┐Żs ´┐Ż participer ´┐Ż deux r´┐Żf´┐Żrendums sur une question tr´┐Żs d´┐Żlicate, c'est ´┐Ż dite une candidature de Ta´┐Żwan aux Nations unies. A Ottawa, on avait vu le potentiel incendiaire de ce referendum. C'est pourquoi, quelques jours auparavant, le Canada avait envoy´┐Ż un premier signal clair ´┐Ż P´┐Żkin ´┐Ż ce sujet en disant s'opposer au r´┐Żf´┐Żrendum en invoquant le fait qu'il ne contribuerait aucunement, "´┐Ż la paix et la s´┐Żcurit´┐Ż dans la r´┐Żgion". Au lendemain de l'´┐Żlection taiwanaise, le Canada a f´┐Żlicit´┐Ż le vainqueur, Ma Ying-jeou en rappelant surtout "l'engagement majeur" de ce dernier soit "l'am´┐Żlioration des relations avec la Chine." C'est une intervention qui a ´┐Żt´┐Ż remarqu´┐Że ´┐Ż P´┐Żkin. Dans les jours suivants, la Chine, saluait les propos du Canada. 
 
Depuis, il y a eu une rencontre entre Stephen Harper et le pr´┐Żsident chinois Hu Jintao en marge du sommet du G8 au Japon, en juillet. Il est int´┐Żressant de noter que dans son compte rendu de la rencontre Hu-Harper, l'agence officielle chinoise Hsinhua a fait ´┐Żtat de la volont´┐Ż des deux pays d'exploiter "au maximum leur potentiel de coop´┐Żration et utiliser leur compl´┐Żmentarit´┐Ż dans le commerce, l'´┐Żconomie et les affaires". La Chine se classe maintenant au troisi´┐Żme rang des plus importants march´┐Żs d'exportation du Canada. Les exportations canadiennes en Chine ont progress´┐Ż de 27 pour cent en 2007.  
 
Il faut surtout retenir qu'au cours de sa rencontre avec Stephen Harper, le pr´┐Żsident chinois a tenu ´┐Ż souligner que les relations sino- canadiennes avaient connu "une bonne ´┐Żvolution depuis l'´┐Żtablissement de liens diplomatiques entre les deux pays en 1970." Il reconnaissait ´┐Żgalement que des diff´┐Żrences entre le niveau de d´┐Żveloppement ´┐Żconomique, le syst´┐Żme social et la culture des deux pays existent et rendent "in´┐Żvitables" des tensions sur certains sujets. Bref, il y a eu des d´┐Żsaccords, mais on regarde vers l'avant. Le texte de l'agence officielle chinoise qui relate l'entretien prend soin de noter que le premier ministre Harper dit connaitre "la valeur des relations sino-canadiennes" et est pr´┐Żt pour un dialogue ouvert avec la Chine. La semaine derni´┐Żre, le chef de la diplomatie canadienne est rest´┐Ż dans le ton en d´┐Żclarant que "les relations avec la Chine sont entr´┐Żes dans une p´┐Żriode de renouveau." David Emerson a rappel´┐Ż que l'insistance du Canada aupr´┐Żs de la Chine pour qu'elle am´┐Żliore la situation des droits de l'homme sur son territoire a mis ´┐Ż l'´┐Żpreuve les relations bilat´┐Żrales mais que les choses sont en train de changer.  
 
Il est int´┐Żressant de noter qu'au m´┐Żme moment, l'opposition lib´┐Żrale pr´┐Żsentait un rapport tr´┐Żs critique sur les droits de l'homme en Chine. Le d´┐Żput´┐Ż lib´┐Żral Irwin Cotler a rendu public le document dans lequel il ´┐Żnum´┐Żre une s´┐Żrie de violations dont, dit-il, le gouvernement chinois est coupable, notamment la r´┐Żpression exerc´┐Że contre les Tib´┐Żtains, les atteintes ´┐Ż la libert´┐Ż de presse et ´┐Ż la libert´┐Ż de religion. On se trouve ´┐Ż assister, ´┐Ż toutes fins pratiques, ´┐Ż une inversion des positions du parti lib´┐Żral et et gouvernement conservateur dans ce dossier. L'ancien premier ministre lib´┐Żral Jean Chr´┐Żtien ne s'est pas priv´┐Ż, ces derniers temps, de faire appel au r´┐Żalisme dans la question des relations du Canada avec la Chine en rappelant que la d´┐Żmocratie ne s'installera pas rapidement en Chine, qu'il s'agit d'un pays de 1 milliard 300 millions d'habitants, "qui ne se g´┐Żre pas de la m´┐Żme fa´┐Żon" que le Canada et qu'il faut "´┐Żtre raisonnable." dans ses attentes. Et au moment o´┐Ż le gouvernement conservateur, par la voix de son ministre des Affaires Etrang´┐Żres, tente justement d'amener un peu de ce r´┐Żalisme par rapport ´┐Ż des positions plus id´┐Żologiques, c'est le parti lib´┐Żral qui devient tr´┐Żs critique face aux autorit´┐Żs chinoises. Tout cela illustre le dilemme auquel doivent faire face les pays occidentax dans leurs relations avec la Chine. Comment faire la promotion des droits de la personne tout en maintenant des bonnes relations avec P´┐Żkin? Dans le pass´┐Ż, le Canada, sous administration lib´┐Żrale, a tent´┐Ż de mettre en place une politique dite d'"engagement constructif". Les r´┐Żsultats ont ´┐Żt´┐Ż d´┐Żcevants. L'actuel gouvernement conservateur a adopt´┐Ż une ligne plus dure ´┐Ż l'´┐Żgard de P´┐Żkin. Il y a eu d´┐Żgradation des liens et on tente maintenant ´┐Ż Ottawa de recoller les vases. Pour une v´┐Żritable relance des relations, il faudra maintenant surveiller un ´┐Żventuel signal positif important du Canada comme, par exemple, l'annonce d'une visite officielle en Chine du premier ministre Harper. 
 
Jean B´┐Żriault  
Chroniqueur de politique ´┐Żtrang´┐Żre  
[email protected]  
11 ao´┐Żt 2008  
 
 
 



Cet espace se veut d'abord un lieu d'échange et d'interaction avec les auditeurs de RCI sur les questions reliées à la politique étrangère du Canada. Toutes sortes de questions peuvent être abordées : par exemple, l'état des relations avec tel ou tel pays, les litiges commerciaux, ou les positions défendues par Ottawa aux Nations Unies dans un dossier spécifique. Le rôle du Canada au sein de l'OTAN, du Conseil de l'Arctique, du G8 ou dans la communauté des pays du pourtour du Pacifique, voilà autant de sujets qui peuvent susciter des interrogations. Bref, tout ce que vous voulez connaître sur les relations internationales du Canada.

Pour susciter des questions ou des demandes de précisions je mettrai régulièrement en ligne de courts textes sur les développements récents dans les relations extérieures du Canada.

Cliquez ici pour nous soumettre vos questions!


 
 JEAN BÉRIAULT

Etudes:
• Doctorat en Histoire (Relations Internationales) de l'Université de Paris-Sorbonne obtenu en 1976 suite à la soutenance d'une thèse sur la politique étrangère chinoise.
•Baccalauréat spécialisé en Science politique. (Relations internationales) UQAM. 1972.
• Baccalauréat ès Arts obtenu au Collège Jean-de-Brébeuf en 1970.

Vie professionnelle:
A Radio Canada International, chroniqueur spécialisé en politique étrangère canadienne et affaires internationales depuis 1997 et chef-de-pupitre depuis plus de 20 ans. Effectue des reportages à l'étranger, aux Etats-Unis, en Europe, au Proche-Orient et en Asie, pour assurer notamment la couverture des négociations commerciales multilatérales sous l'égide du GATT ainsi que celle des sommets de l'OTAN de 1999 et de 2002. Collabore à diverses publications dont le magazine " Le 30 " pour une chronique mensuelle sur la liberté de la presse dans le monde de 1993 à 2003. (www.fpjq.org).

 




Accueil - Nouvelles - ´┐Żmissions - Baladodiffusion - Horaires et fr´┐Żquences
Rapport de r´┐Żception - Radio partenaires - Communiqu´┐Żs - Qui sommes-nous?
Contactez-nous - Cyberjournal
 
Droits de reproduction et de diffusion r´┐Żserv´┐Żs
Radio Canada International